Sur itinerarium.fr 

Face aux différentes méthodes utilisées pour s’opposer au projet de loi, qui vont de la soumission pure et simple au projet de loi, par accord tacite ou découragement, aux débats d’idées (sur la blogosphère catholique, les radios, etc.) et aux actions telles que celles menées par Civitas, les partisans du combat pour la famille ne savent pas trop quoi entreprendre. Le premier et indispensable point consiste à se former et à bien comprendre les enjeux autour du mariage gau et de l’adoption. L’ouvrage de Thibault Collin, sorti le 30 août 2012 aux éditions Salvator, est une bonne manière de faire le point sur les enjeux et les sous-jacements philosophiques du débat autour du mariage gay.


Acheter_sur_La_Procure

Un ouvrage qui a le mérite d’en revenir au réel, au tangible, à ce pour quoi – et pour qui – le mariage a été institué. Thibaud Collin est un philosophe, et cela se manifeste dès les premières pages. Nous n’en sommes pas aux déclarations de principe ou « tribunes libres » publiées ça et là dans les divers médias. L’ouvrage proposée par Thibaud Collin en revient aux fondamentaux philosophiques qui sous-tendent cette affaire, et ne s’exonère pas d’utiliser de nombreuses références sociologiques, juridiques ou faits historiques pour étayer son propos. Ce qui donne les outils indispensables pour participer au débat politique, en évitant les deux écueils de la trop grande « théorisation » et du manque d’outils intellectuels ou techniques.

Avec de bonnes et justes formules, telles que « Le législateur n’est pas qu’une caisse d’enregistrement des évolutions sociétales objectivées par des revendications » ; « La déconnexion techniquement possible entre sexualité et procréation (contraception, IVG et AMP) a radicalement transformé le régime mental dans lequel se posent les questions conjugales et familliales », ou encore : « l’état, garant de l’ordre de la filiation, exercerait une violence objective sur les enfants en autorisant ce nouveau lien juridique ».  Rappelant la dialectique post-niezscthéenne à l’œuvre aujourd’hui (chapitre 3), le pourquoi du comment du mariage, instituonnalisé pour une politique de l’enfant (chapitre 4), ou s’interrogeant sur la place du tiers lors d’une naissance assistée.

Au plan du droit, Thibaud Collin décèle par un fin raisonnement ce qui arrive à faire que la logique anti-discrimination puisse « stigmatiser comme idéologie antidémocratique toute résistance à l’illimitation des désirs » (p. 51).
De fait, le jeu proprement habermasien d’exclusion de toute interrogation objective ou de langage scientifique dans le débat démocratique permet de faire de la cité un simple fruit de diverses conventions. Dès lors, le débat est tout puissant, et s’exonère de toute référence objective. Alors la vraie question qui devrait être débattue : « est-il juste d’ouvrir le mariage civil aux personnes de même sexe ? » est esquivée : seul compte de revendiquer « son droit à », et la discrimination à subir si la société refuse d’accéder à ses revendications. Alors « le principe de non-discrimination tient lieu de droit naturel », et l’État, via cette interprétation des droits de l’homme, devient un pouvoir spirituel qui décide de ce qu’est l’homme. Les rouages de ce raisonnement sont explicités et dénoncés comme sophismes par l’auteur.

Au plan méthologique, Thibaud Collin promeût « une délibération (pratique) et non un débat (théorique) », c’est-à-dire à une délibération qui cherche à déterminer quelque chose, plutôt qu’à une confrontation entre des « porteurs d’idée » qui ne peut aboutir au mieux qu’à un « consensus ». Ceci en se reposant sur une épistémologie « réaliste » (mais le réalisme existe-t-il encore ?), à savoir sur un jugement rationnel et une adaptation aux circonstances (prudentia).

Mais cette manière de voir permet de discerner les dialectiques perverses des « débats » organisés autour du mariage gay. Mention spéciale au chapitre 3 « faut-il supprimer le mariage civil ? », qui s’aventure à expliciter les pièges de la dialectique post-nieztschéenne, utilisée par Derria ou Foucault, dans laquelle tout « débat » tombe forcément. « Bref, comment échapper à la dialectique ? »

Un ouvrage lucide, complexe et salutaire.

Publicités