Sur Itinerarium.fr 

Notre civilisation deviendrait-elle évangélique ? Elle tend la joue gauche au violent et lui donne gracieusement son manteau. Mais ce n’est pas par plénitude de vie qu’elle y concède. C’est par un manque de vie. En fait elle ne vit tout simplement plus. Elle est molle, empatée dans la “normalité” et vide de sens. Elle défend son ennemi et s’automutile, elle s’aveugle et se tue. L’islamisme n’aura même pas à se battre pour avoir sa vengeance séculaire.

 

20120919-010354.jpg

Incapable de se défendre, de défendre son passé et son avenir, entourant d’une chaine d’indignation tout diagnostic sur son état vital tout en louant les mauvais docteurs, notre civilisation se désèche, s’affaidit, et va bientôt s’étendre à terre. Les loups affamés et autres prophètes d’immanence n’auront plus qu’à l’achever. Un travail qu’ils commencent aujourd’hui, et que nos bienpensants justifient encore et encore.

Les musulmans feraient mieux de manifester contre le mariage gay, mais il semble que leurs revendications communautaristes, leurs petites déceptions personnelles et leur stratégie d’implantation en Occident soient beaucoup plus importantes que les valeurs que leur religion prétend soit-disant défendre. De toute façon, toutes ces lois progressistes appartiennent à notre civilisation décadente, et ils les balayeront bien vite quand ils seront aptes à le faire, c’est-à-dire quand ils seront en majorité, spirituelle et corporelle, quand leurs crocs auront déchiré notre Marianne. Nos forces déclinent déjà, leur source se tarit, et nous ne sommes même plus capables des plus simples gestes d’auto-défense, ce plus primitif instinct du corps vivant, garant ultime de sa survie. Un corps malade, rongé par l’immanentisme idéologique indifférent et pseudo-universaliste, qui paît sur nos consciences décimées par l’ennui, le dégoût, la superficialité, seuls horizons de cette société décadente, pour lequel l’islamisme et ses tromperies n’aura plus qu’à se baisser pour y cueillir sa vengeance séculaire.

Notre idéologie gauchiste fait le grand écart, et risque un jour de se fendre en deux – ou plutôt de détruire à jamais notre civilisation. Tandis que d’un côté elle promeût des lois ultra-progressistes comme le mariage gay ou l’adoption homoparentale, de l’autre elle tend la joue et justifie les individus les plus obscurantistes qui soient, salafistes et autres pseudos-musulmans. Tandis qu’elle tape et condamne toute référence culturelle à la terre des pères – patrie catholique, de terroir et d’esprit, de l’autre côté elle organise et finance la défense du communautarisme étranger, souvent hostile aux valeurs démocratiques et au bien-vivre de nos pays acquis dans la sueur et le sang. Ils seraient capables de donner leur vie, mais pas pour leur ami. Ils donnent leur vie pour construire leur ennemi. Une évangélisation inversée, retournée contre soi et ce qu’il abrite : le Christ.

Ce communautarisme sur-financé, cet art décadent qui désoriente les consciences, cette hyper-communication sur fond de néant, voilà ce qui va ronger jusqu’à nos dernières forces vitales, elles qui, pour parler comme Bergson, ne sont ni quantitatives ni horizontales, mais qualitatives et verticales, transcendantes, tournées vers un mieux dont il faut défendre l’accès, par les armes s’il le faut, comme nos ancêtres l’ont toujours fait. Cet accès est espérance, et sans espérance, l’homme meurt. Ne nous privons pas de vivre.

 

Publicités