Bouclier de la Très-Sainte Trinité

Bouclier de la Très-Sainte Trinité

 

Chers amis,

Voici qu’une nouvelle année s’annonce, après une année 2013 particulièrement catastrophique à tous les points de vue, notamment pour ceux qui croient encore à une certaine beauté, vérité et bonté du monde. Mes vœux à chacun.

À mes amis sans foi surnaturelle ni loi naturelle, que le Christ, le Père et l’Esprit vous libèrent de vos préjugés mondains et régionaux. Vous n’avez jamais eu la foi, vous l’avez perdue, vous avez votre propre religiosité ou vous ne vous en souciez pas. Mais vous avez, pour la plupart, grandis dans un monde tout entier organisé contre une bonne reception du message évangélique, un monde anti-évangélique, l’inverse radicale du Kerygme. Soyez attentifs, prenez toute chose au sérieux. Que Dieu vous livre l’être dans toute sa dimension surnaturelle, dégagée de l’étant et de ce qui est, pour vous donner ce qui donne, pour vous faire aimer ce qui aime, pour vous libérer grâce à ce qui est souverainement libre.

À mes amis engagés dans le combat pour défendre ce qui reste de notre si magnifique civilisation, restez lucides : ne perdez pas de vue que tout est organisé pour votre perte, et que le combat est bien plus que simplement politique ou culturel ; il est, au plus profond et au plus haut, métaphysique et religieux. Je répète inlassablement que nous sommes en pleine guerre des religions, en pleine disputatio géante qui engage des arguments métaphysiques et méta-politiques, et dont le dénouement touche au creux de la quotidienneté de tout individu, fut-il éloigné de ces débats ou tout à fait indifférent aux métastases civilisationnelles. Plus que de pavés ou de pétards de manif’, nous avons besoin des armes de lumière et du bouclier de la foi.

À mes amis anti-libéraux, soyez éclairés par le fait que le libéralisme culturel et moral est un irréductible dogme de gauche, mais que le libéralisme économique, laissant à chacun la possibilité de vivre et de travailler sans être pillé et violé par un État omnipotent et omniprésent, qui redistribue votre argent à travers un système opaque et clientéliste, ancestral et poussiéreux, à tous et à chacun, sauf à vous, car vous laissant sur le carreau de son idéologie immanente et violente ; ce libéralisme économique, dans le sens de la science de l’habitat libre, est une bénédiction temporelle dû au christianisme. N’oubliez pas que les banques et la grande finance, ennemis déclarés de tous, ne font leurs exactions qu’avec la connivence des états et des banques centrales, bouclant une boucle terrifiante que seule une subsidiarité absolue du travail et de l’entrepenariat peut briser, enlevant les lourds boulets du collectivisme et du capitalisme socialiste qui pendent aux pieds des hommes de bonne volonté, et de la bonne volonté de chacun.

Sur ce, bonnes festivités…

Publicités