Mots-clefs

Manuel Valls est donc le nouveau premier ministre de ce triste gouvernement. Les journalistes-fonctionnaires nous vendent un nouveau cap. Avec ce genre de gouvernement, grand adepte de la Taqia médiatique, il faut redoubler de méfiance sur tous les sujets, particulièrement lorsqu’ils concernent les valeurs chrétiennes.

Nous n’oublions surtout pas ce passé extrêmement proche de Manuel Valls, celui-là même qui «bénissait» régulièrement les foules catholiques de la « Manif pour tous » avec du gaz lacrymogène ; celui-là même qui faisait tourner la machine répressive de la République contre ceux qui manifestaient leur désapprobation du racisme anti-humain imposé à l’échelle nationale ; celui-là même qui se murait dans un silence sidérant lorsque le groupuscule ultra-extrémiste des Femen attaquait en toute impunité une certaine partie de la population, à savoir les chrétiens.

 Ce « gouvernement de combat », ultra-républicain et socialiste ne change pas de cap. Il change simplement de communication, c’est-à-dire de manière de mentir.

 Alors, il est stupéfiant de lire sous la plume d’un abbé médiatique, à propos de Manuel Valls :

 Sujet de la PMA enterré, celui de la fin de vie abordé uniquement si consensus, laïcité ouverte : nouveau cap ?

Non, monsieur l’abbé, il n’y a aucun nouveau cap, et cette « ouverture » de façade cache des réalités bien plus sombres. Il ne s’agit pas de se faire prendre à ce petit jeu. Les forces sombres de la gauche nihiliste sont encore à l’œuvre, d’autant plus qu’elles sont plus libres de se lâcher.

Je prends comme exemple la sénatrice la plus sidérante de ce pouvoir politique, Esther Benbassa, sénatrice EELV, qui, en deux séries de tweet à propos de la visuel , nous sert toute la soupe antichrétienne qu’on puisse imaginer (dans le texte) :

#autopromotion de l’Église. 2 #papes #canonisent 2 autres. #Valls y va. En #France, la laïcité est-elle que pour les musulmans ?

Je croyais bêtement que ns etions 1 #payslaic. Mais non. Notre 1er minist est a la canonisation de 2 #papes au #Vatican, #Manifpourts.

Ces « propos » sénatoriaux – mais il y en a eu de nombreux autres – prouvent à quel point les tentatives de réconciliation avec les catholiques français sont fallacieuses. Qu’ils fassent d’abord le ménage dans leurs rangs – le PS est allié à la pire racaille communiste EELV, Front de gauche et autres, avant de nous servir leurs mensonges ! Nous n’entendons jamais aucune condamnation du flot d’insultes permanent envers les chrétiens, de la part d’un premier Ministre qui a quand même mobilisé toutes les forces de la République contre un humoriste et quelques veilleurs !

Dernier point : la « mollesse » coupable des chrétiens, qu’évidemment, nous ne partageons pas à l’AGRIF. Lorsque Manuel Valls, présent au Vatican lors de la canonisation de Jean XIII et Jean-Paul II, s’est fait sifflé par la foule réunie place Saint-Pierre, de nombreux laïcs, prêtres ont stigmatisé ceux qui ont sifflé, au motif qu’il faut « pardonner » et, en gros, passer l’éponge. La « mansuétude », le « pardon », etc., pour Manuel Valls, ce serait de l’accueillir comme un frère s’il se repentait publiquement de ses erreurs et de ses fautes, ou du moins d’être prêt à le faire sitôt qu’une telle chose arriverait, et de souhaiter qu’elle arrive. Ce n’est pas de le flatter avec complaisance dans l’état où il s’est mis actuellement par ambition folle, goût de dominer, appétit des honneurs, jouissance dans le mensonge, contentement de soi, etc. Bien sûr que le chrétien doit toujours donner à comprendre à l’ennemi de sa foi que, jusqu’à la dernière minute de sa vie, il peut se réconcilier avec la Vérité et sera alors accueilli à bras ouverts, quelle qu’ait été l’énormité de ses crimes. Mais ce n’est pas en montrant une complaisance coupable envers le mal qu’on remplit cette obligation de charité.

Publicités