Entretien sur le blog de Martianne

 

Vivien Hoch, un esprit, une foi.

Je ne connaissais pas Vivien Hoch avant de voir un tweet de lui passer. Sur son Twitter on peut lire : « Chercheur en philosophie, professeur, chroniqueur, journaliste, rédacteur en chef de http://www.itinerarium.fr, catholique et UMP« .

Ni une ni deux je me suis mise en contact avec, personnage cultivée, je ne pouvais manquer de lui poser quelques questions ; il a bien ri en lisant l’URL de mon blog mais a quand même accepté cet entretien, et de répondre à quelques une de mes questions.

Je vais être honnête avec vous, n’étant pas journaliste et n’ayant pas faite de hautes études j’ai eu un peu de mal à trouver des questions qui ne lui semblerait pas idiotes. Je n’irai donc pas sur son terrain de prédilection « la philosophie »….

 

vivien_hoch1.jpg

 

En lisant ton CV, il me vient qu’un seul mot en tête : « hyperactif ». Peux-tu me parler de ton parcours ?

Mon activité principale est la philosophie universitaire, que je pratique en rédigeant mon doctorant sur l’amour chez saint Thomas d’Aquin et en donnant quelques cours. Cette activité étant tellement naturelle, voir plaisante, pour moi et si peu lucrative, que je dois pratiquer de nombreuses activités « annexes », telles que l’engagement politique, le journalisme, le militantisme sur les réseaux sociaux, des conférences et des activités de communication ; tout cela, au début, pour financer mon doctorat. Il est vrai que tout cela est prenant.
Reste qu’il y a un lien indéfectible entre toutes ces activités, qui est la praxistique philosophique (la mise en pratique de ce qui est pensé).
 
 

Qu’est-ce que le « Printemps français » ?

C’est une excroissance de la « Manif pour tous », qui vise à promouvoir une résistance quotidienne et multiforme contre de nombreux projets politiques que nous trouvons néfastes, en premier lieu le « mariage pour tous » et l’adoption, la PMA, GPA, mais aussi la théorie du Genre ou la morale laïque, qui sont autant de manipulations dangereuses, et, in fine, une résistance face à l’abus de pouvoir et le manque de « démocratisme » dans cette société française.
 
 

Quel rôle as-tu ?

Principalement celui d’être présent durant les manifestations, et d’envoyer des informations du terrain au postes médias et réseaux sociaux. C’est un « mix » de militantisme et de journalisme, qui n’est absolument pas choquant au vu de la situation de la profession. Nous devons, comme dans les « printemps arabes », assurer nous-mêmes notre communication.
 
 

La famille chrétienne est assez sujet aux clichés en France (de nombreux enfants, des parents coincés etc…). En tant que membre de l’Observatoire de la Christianophobie, as-tu déjà été victime de discrimination ?

La discrimination est pernicieuse, invisible, sous couvert de moqueries publiques, parfois provenant de personnalités dites « d’État ». Je suis particulièrement choqué par le traitement médiatique réservé à l’Église, avec les séries mensongères, diffamantes, un monde artistique qui joue sur la provocation permanente, un humour public qui ne cible pratiquement que les chrétiens dans une indifférence totale, dans un deux poids, deux mesures flagrant avec les autres confessions. Particulièrement choqué, par exemple, par l’attentat des FEMEN à Notre-Dame de Paris, dans une mollesse d’indignation incroyable. Je ne parle pas des profanations quasi-quotidienne, ou les saccages d’églises qui ne trouvent aucun relais dans les médias. Le sacré est bafoué, nos convictions profondes piétinées en permanence, ce qui est souvent très difficile à vivre dans un pays qui est le nôtre, et qui doit tout au christianisme, y compris ses plus grands progrès.

 

 As-tu le sentiment que cela se généralise ou que cela a tendance à diminuer avec les années ?

Cela se généralise clairement, et les limites sont repoussées de semaines en semaines.

 

A-t-on voulu trop laïciser la France ?

En France, le concept de République s’est formé contre l’Église, face à l’Église, et en substitution à l’Église. C’est pourquoi on trouve une tendance à instrumentaliser la république contre l’Église, notamment par le concept de laïcité. La laïcité peut être comprise positivement, comme la possible publicisation de ses opinions religieuses ; elle peut être également comprise de manière négative, et violente : comme l’enfermement de la croyance dans la stricte sphère privée, alors qu’elle a tellement de choses à nous dire encore. C’est une grande chose et une bonne chose que d’être chrétien. Le christianisme peut apporter beaucoup de choses encore. Il ne faut pas vouloir une guerre, mais revenir à un concept de laïcité apaisé.
 
 

J’ai vu que tu étais contributeur pour Atlantico, à l’ origine du scandale du « mur des cons » du syndicat de la magistrature mais qu’est-ce qu’au juste Atlantico ?

Atlantico est un pure-player qui se veut différent des autres grands médias (de gauche) en ce qu’il donne la parole à des personnalités et publie des propos de personnalités plus à droite, ce qui déteint sur le monde des pure-players.
 
 

Tu fais partie de l’UMP, de quel courant ?

L’UMP est une vaste machine politique, où il est parfois difficile de s’y retrouver. Le spectre politique que brasse l’UMP est très large. Je tente de me placer dans un courant libéral (économiquement) et conservateur (sur les questions sociétales). Pas toujours facile…
 
 
On dit que l’ump tente de récupérer le mouvement des « anti mariage gay », en tant que chrétien et membre de l’UMP quel est ton sentiment là-dessus ?
 
C’est faux. Et même si l’UMP le voulait, franchement, il s’y prendrait très mal, notamment depuis les dernières déclarations des « chefs » qui veulent seulement une ré-écriture de la loi. Il faut simplement noter qu’il y a de très nombreux militants et sympathisants UMP dans les cortèges. C’est donc plutôt dangereux pour l’UMP, qui doit prendre une position très ferme sur le sujet, au risque de décevoir cruellement ses militants. Reste que certains élus UMP, mais aussi PCD, ont tiré leur épingle du jeu. Cela seront remerciés en temps voulu.
 
Peux-tu nous rappeler où t’entendre et où te lire ?
 
Vous pouvez me lire sur www.itinerarium.fr, dont je suis le rédacteur en chef. Mais également sur mon blog personnel : www.vivienhoch.com, où je rassemble mes contributions dans différents médias (web, papier, radio, télé, conférences).
Je suis également chroniqueur à radio courtoisie, les jeudis soirs, et régulièrement invité dans les émissions.
Plus largement, et de manière quasi-discontinue, sur mon compte Twitter @Vivien_hoch !
 
Je tenais encore a remercier Vivien Hoch pour sa gentillesse 🙂
Publicités