La sotériologie mondaine et obligatoire du socialisme rabat toute forme de transcendance sur la causalité phénoménologique, en insistant sur la logique plus que sur le phaïnomenon, et promouvant tout à la fois l’ultra-liberté avec son inhérent pluriel absolu, et dans le même temps une figure unique de l’humanité, l’homme socialiste jacobin, sans visage et sans historicité personnelle. Cette métaphysique socialiste impose et s’impose, sans en imposer, ni produire d’adhésion. Elle est toujours dans l’obligatoire, le pseudo-logique, le doxologique, l’ordonnancement des débris.

Tout ce qui avait pu constituer, en d’autres temps, une forme de dignité existentielle – la foi, la moralité, la tradition, le sentiment, l’honneur, le loyalisme, le devoir professionnel – est désormais nihilisé, étantisé, choséifié, rabattu sur lui-même à l’exact mesure du pli ontologique qui rabat perpétuellement l’être sur l’étant, produisant un éventement bourgeois, celui-là même de la noblesse décadente qui se rafraichie avec un éventail. Seule compte désormais l’autreté, la différance, puis, un temps après, mais dans le même mouvement dialectique, l’égalité, la mêmeté, le nivellement. Ce clignotement ontico-ontologique, décliné en idéologie politique, est un broyeur de transcendance.

Ne demeurent désormais plus que les restes fantomatiques d’un passé révolu, désuet et ringard : une transcendance flottante dans l’ether du nihilisme contemporain, que de pauvres hères tentent en vain de toucher du doigt, effarouchés et proto-rebelles, ne disposant plus que d’une moitié de foi et d’une demi-raison.

Publicités