Mots-clefs

, ,

Un article de Vivien Hoch sur Les Observateurs.CH

Dans la grande vague de nihilisme et déconstruction de la civilisation qui s’opère en France, bien placé à côté de l’amoralisme du « Tout-sexuel » et de la désintégration des populations par l’immigration massive, on peut observer un phénomène qui leur est tout à fait concomitant : l’anti-christianisme. Cela peut prendre diverses formes : de la moquerie simple, « gentille » et « fun » au saccage pur et simple d’une église, l’antichristianisme se porte bien.

S’en est même devenu un sport. Un sport pour bobo parisien d’agence de com’. Vous savez, ces gens qui, entre deux bouteilles de champagne, nous pondent des publicités « tendance », et qui font de l’antichristianisme, de la moquerie et du mésusage des symboles chrétiens leur triste fond de commerce.

Pour preuve, cette publicité du club de rugby du Stade Français qui vise à détourner des symboles chrétiens, objets de la foi, à des fins mercantiles. Référence au Calice, à la Sainte Eucharistie, référence aux cathédrales et au sacré « sacré dimanche ». Le visuel, en particulier les formes du calice démontre l’évidence d’un détournement des symboles de la foi catholique et orthodoxe. Pour preuve, la présence du « noeud en son milieu » (http://www.culture.gouv.fr/culture/inventai/presenta/calices/calice-index.htm)

Ce détournement n’a de donc pas été fait par ignorance : il était bel et bien volontaire.

Ce que le communiqué du Stade Français, pondu dans un Français aléatoire et sous la fronde des chrétien, confirme :

« le Stade Français Paris reconnait donc cependant que cette campagne décalée mais assumée peut – à tort – être prise à un degré qui lui donnerait des allures éthiquement répréhensibles.»

Affirmer ainsi que ce n’est qu’une simple « campagne décalée » et que, de surcroit, elle est « assumée », est tout bonnement hallucinant. Pour au moins deux raisons :

1° cela contrevient gravement à la plus élémentaire déontologie publicitaire. C’est même une violation totale de la recommandation « races, ethnies et religions » des règles déontologiques du Jury de déontologie publicitaire, qui note, en son point numéro 4, qu’il « convient de proscrire toute utilisation du rituel ou des textes qui serait de nature à ridiculiser ou à choquer ses adeptes.»

2° Vu la situation des chrétiens dans le monde, ce genre de moquerie envers ce pour quoi beaucoup meurent purement et simplement, est extrêmement déplacée. Dans une lettre ouverte au Président du Club, Bernard Antony, président de l’AGRIF, affirme bien justement

« que pour ce « sacré dimanche » et les hosties dans leur ciboire, des chrétiens ont été et sont en ce moment même par milliers massacrés, torturés, crucifiés ». 

 

La christianophobie se porte bien en France. Il y a quelques mois, c’était les Espaces culturels Leclerc qui trouvaient ça drôle :

e-leclerc-publicité-marketing-espace-culturel-leclerc-histoire-tableaux-peintures-la-culture-dans-la-vie-agence-australie-2

Pour Noël, on a le droit, entre autres, à ce genre de Une :

B20FFhWCEAAEvIb

Qu’a-t-on à faire de la crise, des problèmes sociaux, des problèmes sociétaux et des tensions communautaires, dans ces agences de com’ ou dans ces journaux malsains.

Bande de nihilistes.

Vivien Hoch, 21 novembre 2014

Publicités